dimanche 14 mai 2017

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT MACRON !!

Ce n'est pas qu'une boutade. Il est sans doute la dernière chance d'un système usé jusqu'a à la corde, politiciens héréditaires, piochant dans la caisse, ou les caisses, France endettée, illetrée de plus en plus - hier j'ai reçu un mail de 5 lignes, avec 17 fautes, qu'il fallait lire en phonétique - au chômage, et surtout déboussolée.

Cela m'a fait réaliser que le point n'était pas la controverse entre progressistes et conservateurs, entre Gauche et Droite, car il y a des points mêlés en chacun de nous, si on examine bien. Par exemple, le mariage version moderne, avec 70 % de divorces, constitue t'il vraiment un progres ? est ce que finir sa vie a l'hopital, loin de sa famille, de sa maison, constitue t'il un progres ?

Melenchon, défendant le code du travail version ante Khomeiri, est il un progressiste ou un conservateur ? sans doute le code du travail ancien est il très protecteur, et c'est bien, pour les salariés, dans la plupart des articles. Mais est il applicable ? est ce que le licenciement est de convenance personnelle ? est ce que cela facilite les embauches ? inversement le stage généralisé - je vois une boite de 34 salariés, ou il y n'y a que 4 CDI - n'est il pas un abus ?

De même, peut on penser raisonnablement que le libéralisme, même version française, constitue t'il une solution à tout ? Imagine t'on la concurrence généralisée (nos appellations contre les vins espagnols) être la solution optimale ? le champagne contre le prosecco ?

Bref, la ligne est tenue, et s'affirmer ou de Gauche (notre ex gouvernement a t'il accueilli autant de réfugiés que l'Allemagne conservatrice ?) ou de Droite, est un exercice risqué . il y a des impératifs auxquels nul n'échappe.

Il en est de même du Progres, et des choses qu'il faut préserver, voire conserver. La cuisine actuelle, la nourriture, les aliments sont ils en progres ? ou la merde s'est elle généralisée, et même dans des restaurants renommés ? la vérité est sans doute plus complexe. Et l'Ecole ? et l'Etat ?

Il en est de même en viticulture, est ce qu'un vigneron traditionnel serait il meilleur ? j'ai été étonné il y a quelques années de voir dans des vieux livres que les "recettes" des bons vins sont connues depuis longtemps : choix des parcelles, les côteaux, l'exposition, la maturité, etc , l'élevage, tout était dit. Est ce que c'est suivi ? tous les vins sont ils de valeur. Je persiste à dire et penser que les Bourgognes de mon enfance, années 60, étaient bien meilleurs et moins chers.

Un Président a moins de temps qu'un vigneron. 5 ans, c'est très court. De 1985, ou Mattes était en quasi faillite, à 1990, qu'ai je pu faire ? sans doute tracer un chemin, mais l'essentiel restait à faire, j'avais juste entamé une longue démarche. IL faut quasiment 20 ans pour forger un vignoble, la même chose pour une cave, avoir le matériel adéquat. Un argent plus abondant n'aurait pas tout fait, car il faut du temps. Les limites sont là. Celles des plantations par exemple, difficile de faire plus de 5 ha par an, et de "suivre". se posent ensuite la question des financements a "éponger". etc, le personnel, l'oenologue.

Il en est de même pour la France. Imagine t'on résorber un endettement public de 2000 milliards en 5 ans ? l'IR rapporte 80 milliards par an, et couvre bien d'autres dépenses. La TVA 200 milliards. Combien faudra t'il de temps pour résorber 50 ans d'école défaillante ?

Pourtant c'est notre dernière chance de faire un effort, important, comme en 1958. Sans doute M. Macron n'est pas le GENERAL DE GAULLE, mais il convient de s'atteler. Oui, il faut bien sauver le soldat MACRON, sinon le pire est à venir, avec le cortège des extrêmistes de tous poils.

Ce sera très difficile, mais pas impossible,  car en 1958, et j'allais dire comme en 1914, La Nation marchait d'un seul pas, dans la même direction. Désormais, les individualités et les refus de l'effort ont pris une part importante, trop importante dans les vies. Mais Petain disait déjà : "l'esprit de jouissance l'a emporté sur l'esprit d'effort". Hier, je lisais dans le journal qu'en Normandie, des patients ne trouvent plus de médecins, car ceux ci veulent une vie de famille, prendre des vacances, ne pas dépasser 40 heures, ne pas se déplacer.  Et Je me souviens de ce vieux médecin, couvrant tout un canton, toujours impeccable et disponible, qui etait seul sur tout un canton, qui visitait ses patients à l'hopital lointain, et pourtant quelle vigueur  !! de tels hommes existent ils encore ? that s the question. Mais en 3 ans, de 1958 à 1961? a part le problème algérien, la France était redevenue la France. et il fallut 2 ans à Jeanne pour faire sacrer le Roy. Soyons optimistes, sans illusions.

Je sais bien que le travail n'est plus une valeur, ou de moins en moins. Mais ne serait il pas temps d'ouvrir les yeux ?Qu'enfin l'instinct de survie, et la Raison, reviennent. C'est la meilleure façon de dépasser ce défi, de moins souffrir.






lundi 1 mai 2017

1° MAI FETE DU TRAVAIL

Les èvènements n'ont pas manqué, depuis le 25 mars, fête de l'Annonciation aurait on dit jadis, à ce jour, premier du mois de la Vierge, pour continuer sur le même ton.

D'abord une semaine de lit, avec une forte fièvre, aussi rapide que longue, et forte. Puis, parce que les engagements étaient là, départ pour Mattes par la route le samedi 1° avril. Beaucoup de monde sur les routes. Jusqu'aux monts d'auvergne, le printemps marque la campagne, avec les arbres en fleurs. Ensuite, l'hiver est encore là, arbres sans feuille, neige sur quelques uns des Puys. La température est basse, même dans le Sud. Environ 16°C en arrivant à Port la Nouvelle, après un détour par Mattes pour débarasser toutes les couvertures, et autres choses pour les gîtes. Une montagne.

La semaine ne sera pas intense, mais en aurais je eu la force ? congrès des vignerons indépendants a Narbonne, sans grand intérêt pratique !! ce qui m'étonne, c'est que beaucoup de ceps n'ont pas encore de feuilles, a l'inverse de mon plant parisien de cabernet qui est magnifique à l'abri de son mur. Toutes ces parcelles semblent dormir encore, et la région fait largement en déclin, peu prospère, pauvre, comme abandonnée, et c'est sans doute l'explication du vote Melenchon Le Pen, qui interviendra dans moins de 4 semaines.

Les gîtes ont leur cure de rajeunissement, ce qui semble bien nécessaire, mais les couleurs sont plaisantes, et accueillantes. Je me fais la remarque que le poisson - dans les restaurants - le plus dégueulasse de France est dans 3 villes côtieres : Port la Nouvelle, Sète, et Hyères; Tout ceci est bien inquiétant. Et non moins paradoxalement, pendant ce séjour, je mangeais le meilleur rognon des 20 dernières années à Leucate !! que se passe t'il ? Leucate serait  t'il devenu le coeur du Charolais ?

Remontant le vendredi 7 avril sur Paris, par la route inverse, le temps est beau, et j'avoue avoir fait quelques excès de vitesse apres Clermont. Vers Lodève, vu les premières pulvérisations dans les vignes a demi endormies.

Lamotte Beuvron, la ville des demoiselles Tatin, auxquelles je voue un certain culte. Depuis des années, j'aime passer dans cette ville retirée, tranquille, proprette, ou existent plusieurs traiteurs de bon aloi et quelques pâtissiers.

Je fis provision à des prix défiants toute concurrence de plusieurs choses, dont paradoxalement aussi, de la salade d'émincé de tourteau, qui valait celle des blancs becs parisiens. La tarte Tatin valait presque le déplacement, en tout cas le passage.

Avril a Paris en 2017 restera marqué par le froid, jamais le chauffage ne fonctionna autant. Tout est il détraqué ? sans doute, car les vignobles de France, ont été largement gelés les 20 et 21 avril. A Mattes, ce sont les vignes précoces, et les parcelles en combe qui ont été frappées, environ 4 Ha, soit une perte de 200 hl. C'est beaucoup.

La TV, et les journaux, obsédés à l'excès par les élections, ne parleront de cela que petit à petit. On découvre l'Alsace, la Champagne, la Bourgogne, le Val de Loire, le Languedoc. J'apprendrais directement le Lubéron, le Bordelais !! Que se passe t'il ?

le 23, la st georges, les élections, et la foule dans ce bureau du 6° arrondissement placé sous le patronage d'André Malraux, dont on a oublié les discours électoraux "il est plus facile d'accorder les électeurs sur la volonté d'aller au ciel que de leur donner les moyens d'y aller" " et d'autres propos savoureux mais réalistes, ceci en 1965. Deja l'extrême droite, sous le visage de TIXIER VIGNANCOUR, le zélote de Petain, et dont le directeur de campagne était le père LE PEN, réapparaissait, au point de soutenir au 2° tour, contre le Général de Gaulle, M. Mitterand....

Je ne suis pas d'accord sur l'analyse faite généralement sur les Elections, que la Gauche et la Droite seraient mortes, que ce serait la fin du bipartisan. Les électeurs socialistes de jadis, la gauche pour simplifier, a voté massivement Melenchon, plutot que Hamon, pâle figure. Mais la somme de leurs voix, 25 % représente la base de la gauche (Hollande en 2012 fit 27%). Fillon a certainement souffert de ses Pénélopes, et d'un programme assez amer. Il fut inaudible. Une partie de ses voix et celles du centre ont sans doute viré sur Dupont Aignan, pour les archéos, et sur Macron. Le Pen a râtissé large, avec son programme de rouge à bleu. Mais les contradictions demeurent, et on ne fonde pas le futur d'une nation comme la nôtre sur l'obsession des immigrés, de l'islam, et en fermant les frontières. Ah Victor Hugo, ou es tu ?


poème que j'appris à l'école par coeur sans doute en 8°, que j'ai su pendant des années, et maintenant au programme du bac ! que les choses sont en retard.

La semaine fut encore plus agitée, comptabilité d'un côté, élections d'un autre. Seule une centenaire de 101 vue à la TV me frappa, encore plus s'il s'agit d'une ex auvergnate, encore gaulliste. Elle devrait prendre DA entre quatre yeux.

Oui, les esprits sont démontés, et j'apprends par exemple d'une femme apparemment intelligente des choses insensées, et fausses, que la France serait en libéralisme (au sens économique) depuis 1958 !! 

"Père, pardonnez leur car ils ne savent pas ce qu'ils font ". Tiens j'ai oublié la MSA et le coiffeur de Hollande pour la période, n'y pensons plus pour l'instant.

 



samedi 25 mars 2017

DU 25 MARS 2017.

Un beau solel printanier, et froid. Mais on sent la nature courir sous l'immobilité, être prête pour la prochaine vague de chaleur. Au Sud, la pluie, qui parait il, manque, en tout cas pas à Mattes qui aura reçu des records d'eau cette année, après une année si sèche.

Oui, et pourquoi ne pas le célébrer, 60° anniversaire du Traité de Rome, venant après 5 ans de Communauté Européenne du Fer et du Charbon. Les yeux sont ils fermés ? Le premier résultat, indéniable et que ne mentionnent pas les esprits chagrins, est que pour la première fois de son histoire, l'Europe fut en paix.

Je cherche une situation aussi longue ou l'Europe fut en paix ? l'Europe du traité de Vienne ? même pas. Plutot 30 ans. 

Ensuite une certaine prospérité, elle aussi indéniable. Certes, en même temps, le monde s'est développé rapidement, et à quelle vitesse. Des continents entiers, comme la Chine, le moyen orient, qui vivaient au moyen age. 

Mais qui se souvient de la campagne et paysannerie de mon enfance ? quels bouleversements ont elle connu, une mutation prodigieuse, malgré les difficultés aujourd'hui.

Certes, tout n'est pas encore parfait, ni même fonctionnant a l'optimum. Cela était partiellement inévitable, après l'élargissement (plus de nations), plus que l'approfondissement. Chaque nation d'europe avait une image de son avenir, que les autres ne partageaient pas . L'exemple encore actuel, est la Grande Bretagne, qui veut d'un grand marché, mais pas d'une Europe indépendante (le courant dit atlantiste, attendant de Washington l'alpha et l'oméga).

Les allemands au départ furent atlantistes, mais aujourd'hui le sont ils autant ? 

Donc plusieurs chemins s'ouvrent à l'Europe aujourd'hui, en raison de son passé, et des options possibles, souvent très différentes, en raison des circonstances (brexit, trump, est poutine, ) . Nous voyons tous aujourd'hui que l'Europe est fragile, discutée, voire niée, ou rejetée. Est ce une raison pour jeter le bébé avec l'eau du bas ?


jeudi 23 février 2017

23 février 2017.

C'est presque Noel à Mattes à fin février, non par le Temps, ni le jour, mais un Enfant nous est né. Non pas à moi, ni à madame, qui avons passé l'âge,  mais c'est  pourtant une habitante nouvelle que nous accueillons. il semble que la démographie "mattes" est favorable aux filles, car pour les naissances sur quinze ans, c'est la 4° fille de suite !!

Quelle sera son monde en 2100 ? je l'ignore, bien sûr, sera t'il en paix ? calme ? pacifique ? intelligent ? facile ? je le souhaite sans en être sûr.

Pour ma génération (1953), nous avons pu croire pendant longtemps, globalement depuis 1962 jusqu'a ?? que le Monde allait vers le progrès, la paix, la croissance, une aisance matérielle, etc infinie, ou disons toujours en progrès. L'intelligence malgré quelques évènements semblait régner, au moins la raison et le progres.

Et c'est vrai que les progrès peuvent me paraître infinis à  moi qui ai connu l'eau à aller chercher à la fontaine dans un arrosoir dans un village de cette auvergne rurale. Le chauffage central fut mis pour ma naissance, mais je me souviens du feu de cheminée dans ma chambre. La salle de bains fut installée en 1967, ô combien rudimentaire. Ce n'était pas qu'une question de classe sociale, car le décor de Malagar, d'un grand bourgeois , en 1967 est plus ou moins familier à mon enfance. 

Les inventions ont été depuis nombreuses, ou multipliées. Le téléphone existe depuis longtemps, mais c'est vraiment à partir de 1994 qu'il est devenu portable et accessible. En 20 ans, il a tout permis. J'ai découvert internet en 1981, au Japon, mais c'est dans les années 1990 et 2000 qu'il s'est répandu partout et devenu familier.

et la voiture est passée de la 2cv à la BMW sans comparaison, qui défie parfois l'imagination. Ceci ne s'arrête pas à ma porte. Quel bond en avant que celui de la Chine depuis 1976, en 40 ans, passée du Moyen Age à la Californie branchée.

L'Afrique elle même décolle, et tant mieux. Je lisais hier que les taux de croissance en Ethiopie dépassent 10 % depuis plusieurs années, que........Sans oublier les progrès si importants de la médécine et notre connaissance de l'Espace.

Pourtant, ce qui me frappe souvent, c'est de voir - par exemple hier je regardais le carnaval de Lens en 1947 - des visages, au moins en France, aussi en Allemagne, et souvent ailleurs, des visages qui ne reflètent pas le bonheur. Sans cette étincelle. Ne parlons pas du métro, mais de la rue. Et combien les esprits paraissent parfois déboussolés, d'une façon si répandue, et parfois aux plus hauts niveaux !!!!

Oui, que sera le Monde de ce nouveau né ? Mattes aura t'il encore des vignes ? je l'espère, car plus j'avance, plus je me rends compte que les vins de Mattes sont proches de ce dont l'Homme a besoin, le bon, le bien, le beau, dans la simplicité, malgré les efforts nécessaires.

Que sera ce Monde ? je l'ignore, mais je vais m'atteler encore et toujours a ce que le sillon soit poursuivi.

dimanche 22 janvier 2017

DEGUSTATION DES VINS 2016. 22 janvier 2017

Semaine difficile, mes dents, le marché des cépages qui ne démarre pas, le froid qui sevit partout, et fortement. 17°C dans ma chambre, ce qui me fait sourire quand dans le midi, je pense avoir froid dès que la temperature tombe en dessous de 22°C.  Bien sûr, l'investiture du Président inquiétant ! dans cent ans, peut être finira t'on par instituer des examens médicaux d'embauche pour les Présidents !! il me paraît pour le moins leger qu'on l'exige des pilotes - dont un pourtant a suicidé un avion entier  l'année dernière - alors qu'on ne le demande pas à ceux qui veulent nous diriger !! les algorithmes ont encore des champs immenses.

Oui les vins 2016. Je suis allé avec cette récolte de surprise en surprise. Je m'attendais à une baisse de 30 Ou 50 % elle ne fut que de 25 % prouvant que la vigne est résistante. Je prévoyais que les blancs allaient plus souffrir et serait "brulés", ils sont excellents !! quant aux rouges, je les espérais "complexes" puisque concentrés, l'elixir en quelque sorte. Là aussi, a ma première dégustation, je suis surpris. Les vins ne sont pas au niveau que j'espérais, que j'attendais. Comme si une année trop sèche avait bloqué les maturités, avait empêché ces gouts de fruits rouges, et cette complexité qui fut celle de 2015, année humide.

Bien sûr on retrouve des choses claires et attendues, les grenaches ne sont pas à leur niveau, le mourvèdre reste ce qu'il est, et finalement, les syrahs viennent toujours en premier. Mais cette année, la date ou la parcelle ont eu plus d'importance. Un carignan est excellent, l'autre décevant. Et les lots ne sont pas homogènes.

Il faut dire qu'il est tôt, et que l'année était spéciale. Nous reverrons donc. Mais les lots exceptionnels sont peu nombreux. En revanche, satisfaction profonde, les cabernets confirment les espoirs mis en eux, et au delà. Oui, dans quelques années, de grands vins, même si nous sommes désormais loin du point de départ. 

Demain, en principe, plantations de grenache et de carignan. mais si je m'écoutais, je ne planterais que des cabernets, syrah et mourvèdre, comme dans d'autres régions, et pour les blancs.........




mais il est vrai que dans ce domaine, je suis plus impulsif que rationnel. A vrai dire, le vrai secret, c'est de trouver la bonne parcelle pour le bon cépage, et comme aurait dit Pompidou "et inversement".


samedi 24 décembre 2016

NOEL 2016 - BILAN FIN ANNEE

Une année au final, comment dire, non pas satisfaisante, ni euphorique, mais en langage Quai d'Orsay
"convenable", que j'ai résumée ainsi au personnel de Mattes, qui en sont les maçons pour une large part.


DECEMBRE 2016 - numéro gratuit sans pub ni abonnement
Journal libre et indépendant
Echo des Garrigues n°22
rédacteur-distributeur-éditeur :   JL  Brouillat.
            Par tempérament, je suis rarement satisfait, ayant tendance à voir ce qui ne va pas, surtout ce qui ne va pas depuis longtemps, et aussi les menaces que porte l’avenir

            En ce qui concerne Mattes et le monde, c’est assez clair. Le futur est assez inquiétant, quand  Poutine veut mettre les pieds sur la table ou que Trump joue a l’éléphant. Les économies sont toujours molles, l’Europe fantomatique, déboussolée, doutant d’elle-même, aboulique, sur son enjeu et son avenir. Rien de bon.

            Le dollar va probablement rester haut, les taux d’intérêt vont remonter, et peut etre l’inflation redémarrer progressivement, les pays émergents vont souffrir, et la Chine rester imprévisible.

            Du côté du marché des vins, malgré une faiblesse générale de la production française, les prix sont atones voire en baisse (Bourgogne), et les exportations stagnantes. Les Corbières sont toujours la dernière appellation française, beaucoup de produits sont indignes, mais les responsables (sic) en ont l’air satisfait. Pour ce qui est de notre canton, il n’est que de voir le nombre de terres abandonnées et de friches. La misère, pour qui ouvre les yeux.

            Face à tous ces évènements, avec le concours de tous les siens, Mattes n’a pas démérité, sauf sur le plan des Concours, qui témoignent par cela de l’aveuglement général des gosiers et des esprits.

            Grâce à une récolte 2015 généreuse, nous aurons vendu en 2016 2675 hl, à un prix moyen de 187 €. Ce prix moyen, en hausse, provient pour partie de la hausse générale des prix vrac observée début 2016, et pour partie, de nos ventes en bouteilles, qui ont bien résisté. Le prix moyen de ventes bouteilles a augmenté, passant de 4.68 € HT en 2015 à 4.97 € en 2016.

            Nos prix de vente ayant été stables, cela confirme que les produits type Chevreuse, Apollon, BF sont maintenant en phase avec le marché. Des produits « nobles ». Comme disent les Italiens, « vino nobile »

            Côté investissements, 2016 fut une année de pause relative, avec principalement la fin du toit. Ils représentent néanmoins 12 % de notre chiffre d’affaires.

Dernière satisfaction : une qualité me semble t’il en hausse, comme en témoigne l’embouteillage CASTEL et une récolte somme toute moyenne, malgré une sécheresse historique, avec 2570 hl.

Au total nos ventes devraient cette année dépasser les 500.000 €, en hausse de 3 %, malgré des quantités moindres mises sur le marché, 2675 hl donc cette année, contre 2858 hl en 2015

Côté points faibles, oui, toujours la faiblesse de l’Appellation, qui se traîne, et des prix probablement stables pour 2017. Aussi nous chercherons des clients du côté de la vallée du rhone, aux prix plus rémunérateurs.

La faiblesse de l’euro peut aussi nous aider sur les marchés extérieurs, en particulier USA, en léger redémarrage, ou au Japon. Ce pays est à reconquérir, et témoigne d’un marché dont le Chili ou l’Espagne s’emparent.

Imagine t’on que nos exportations directes ont été divisées par 3 en 5 ans ? Voilà le cœur de nos efforts a venir, malgré la concurrence accrue, et les difficultés. Chine, Allemagne, Royaume Uni, Japon, bref, tous les grands marchés.

            2017 va être une année riche en investissements, garants d’avenir. Plantations bien sûr, mais aussi cave. Ils devraient être en hausse de 20 %.

            Au total, les défis ne manquent pas. Il nous faudra sans doute réfléchir a d’autres vins, encore plus synonymes de perfection. Peut être un ou deux rouges, sûrement un grand Blanc.

            La route est là, les difficultés et la tâche seront lourdes pour la suivre. Mais forts de ce qui a été fait, de la confiance obscure des centaines de clients qui nous témoignent chaque année une grande fidélité, de leur satisfaction, et bien sûr forts de nos certitudes, de ce qui a été fait depuis 30 ans, et de ce qui reste à faire, il convient encore d’avancer.

            Merci de vos efforts, soyez certains de notre engagement a tous et à chacun sur cette route, et Bonnes fêtes de fin d’Année, période de repos bien mérité dans cette époque folle.

Meilleurs Vœux pour 2017.

dimanche 11 décembre 2016

FIN ANNEE 2016.

Bientôt la rive sera atteinte !! mais les pieds ne seront au sec que pour quelques jours, et tout recommencera. La satisfaction de la voir enfin va bientôt effacer ce que fut cette année, bizarre en tous points.

En ce qui concerne Mattes, la première moitié de l'année fut calme pour les ventes, plus que d'habitude. Imagine t'on que les vins de cépage ne furent retirés que le 11 septembre, après mise en demeure auprès de l'acheteur. Une autre mise traîna de juin à novembre...les subventions promises, et surtout dûes, n'arrivent pas !! le compte a été parfois a découvert, mais au total, l'année ne devrait pas être mauvaise, à l'exception du volume de la récolte 2016.

Ce fut la grosse inquiétude de l'année. En mai déjà, la pluie avait été rare, et les températures augmentaient rapidement. Les jours passaient, sans que les pluies habituelles n'apparaissent, puis juin, nouvel épisode de chaleur, et juillet. Le 4 juillet, la température dépassait 35°C à midi..les alentours de la maison en août ressemblaient au désert marocain. On voyait bien que les grappes ne grossissaient pas et étaient parfois rares, mais les feuilles restaient vertes.

Aux vendanges, il n'avait toujours pas plu. Mais par un miracle de la nature, à l'exception du grenache dont la sortie fut quasi nulle, globalement, les vignes montrêrent des rendements non ridicules, et parfois voisins de ceux de l'année dernière. Sans doute, les racines plongent elles suffisamment loin dans le sol, resté humide en profondeur !

Malgré une conjoncture française médiocre, les ventes ont tenu, et le toit est enfin fini !!

Les autres évènements n'ont pas manqué : élections espagnoles, par deux fois, les nouvelles régions françaises tiennent plus du diplodocus que du fringant alezan, sauf peut être Paris, brexit inattendu, guerre sans espoir en syrie, et surtout l'élection américaine, avec un nouveau président capable de tous les dangers, surtout à l'aune des premieres décisions concretes !! Un vent de folie semble souffler partout. Pourquoi pas moi, dit l'autre ? l'autre jour, je reçus un coup de telephone, relation d'un ami. Informaticien, 50 ans, une bonne situation, 12000 € par mois. Il veut devenir vigneron, comme saisi par la colique !! rien ne lui semble plus urgent !! Il n'est pas du métier, et se renseignait.

Je le fis atterir rapidement, en procédure d'urgence ? avez vous 20 ha de vignes ou connaissez vous qqun qui vous les louerait ?......deusio : avez vous 2 millions pour financer votre première récolte, et attendre ??? la banque........! avez vous des garanties ? ..........bref, il ignorait le b-a-b-a du métier !! de celui ci et de beaucoup d'autres.sans oublier qu'il faut 30 ans pour créer un vignoble.

Peu de satisfactions dans la vie de tous les jours. Si, cette semaine, sur Arte, mardi je crois, un reportage sur Mme MERKEL que je ne connais guère. Pourtant nous sommes tous les deux ingénieurs chimistes, elle semble savoir compter, de la même génération. Je ne lui reprocherai qu'une chose, mais il est vrai qu'elle semble entourée d'hommes sévères, c'est de n'avoir pas pris des initiatives importantes depuis 10 ans pour l'Europe, qui n'en finit pas d'agoniser. Pourquoi pas établir des conseils des ministres communs franco allemands ? pourquoi  ne rien faire pour la défense européenne ?
mais ce sera son honneur, et son intelligence,  un jour d'avoir accueilli un million de réfugiés, quand la France, ou ce qui aujourd'hui en tient lieu, n'arrive pas à 24.000 !!! au mépris des conventions internationales que nous avons signées !

Mais chez elle, je retrouve a la fois cette simplicité et cette franchise très allemandes que j'apprécie chez Madame, dans ses lettres. Peu de gens connaissent la Princesse Palatine, belle soeur de Louis XIV, amenée d'Allemagne dans son adolescence. Je relis ses lettres, y voyant décrits nos travers nationaux et éternels. A la fin, je découvre qu'elle est morte un 8 décembre, voici bientôt 300 ans.